Veillées de prière et d'adoration - Groupe ABBA Dijon

Crypte Notre Dame d'Ephèse - Paroisse Saint Bernard, 12 boulevard Alexandre 1er de Yougoslavie, 21000 Dijon -
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Le flirt » Par le Père Pierre Hervé Grosjean - n°1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nathalie
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 50
Localisation : Dijon
Date d'inscription : 26/11/2004

MessageSujet: « Le flirt » Par le Père Pierre Hervé Grosjean - n°1   Mer 15 Nov à 19:11

Conférence en TROIS parties sur « Le flirt »

Par le Père Pierre Hervé Grosjean


1ière partie


Je me présente en deux mots, comme ça vous saurez qui vous parle, je suis donc l'abbé Pierre Hervé Grosjean, diacre du diocèse de Versailles, prêtre si Dieu le veut dans trois mois, et voilà… et j'ai une sœur qui est Jeune Témoin, mais elle n'est pas là. (Rires). Alors, ce sera pas une grande conférence parce que j'ai pas la qualité des témoins précédents, mais ce sera plutôt un petit topo un peu clair, et alors je fais le choix délibérément du franc-jeu, c'est à dire que je vais être direct, le but c'est de pas tourner autour du pot, alors forcément il y en a certains qui vont se dire : « Il abuse un peu quand même, ou il y va un peu fort » et bien vous aurez toute occasion de poser des questions à la fin, avec la même franchise.

Alors moi j'aime toujours commencer- vous connaissez le sujet, c'est le flirt - j'aime toujours commencer d'abord par casser les idées préconçues, les fausses idées qu'on a dans la tête. Et il se trouve que le petit milieu catho, il en a pas mal, de fausses idées dans la tête. La première, c'est celle-ci : même chez vous, même chez nous, quand, dans le domaine de la vie affective, quand on s'apprête à entendre ce que dit l'Eglise, on a, même inconsciemment, la peur de se faire engueuler. La preuve, c'est que un garçon ou une fille qui est folle amoureuse ou fou amoureux, eh bien il a quand même un peu la trouille d'en parler avec un abbé, avec son père spi, avec je sais pas qui, parce qu'il a peur de s'en prendre une ; ou alors que l'abbé, avec toute sa finesse, casse tout, tout de suite, bulldozer, il rentre dedans. (Rires) Et ça c'est dommage parce que ça veut dire que même pour nous, on n'a pas une vision positive du message de l'Eglise. Et trop souvent, trop souvent, je vois chez les jeunes cathos une vision de la morale chrétienne, ou de ce que peut dire l'Eglise là-dessus, uniquement comme une suite, une série, une liste d'interdictions : « ça c'est péché, ça c'est péché, ça c'est péché, ça c'est péché, ça c'est pas péché, ça c'est péché…etc. ». Quand je fais un topo là dessus, souvent la question qui arrive, quand je fais un topo aux
scouts, par exemple, la première question qui sort, c'est « M. l'abbé, jusqu'où on peut aller sans que ce soit péché ? » (Rires). Et alors, c'est un peu nul, parce que ça montre justement que la seule référence, c'est d'éviter, en gros, le péché un peu embêtant, un peu gros quand même, qui serait pénible à accuser en confession, mais voilà, c'est tout. Et le problème de ça, c'est que ça ne tient pas longtemps. Ça tient pas longtemps parce que, Guy de Larigaudie, je sais pas si vous connaissez, disait : « Une chasteté qui n'est pas joyeuse et positive, elle est chiante. » …enfin il disait : « Elle est ennuyeuse », mais c'est ça (rires). Et c'est vrai ! C'est vrai qu'elle tient pas longtemps : le jour où vous êtes fou amoureux ou folle amoureuse, que vous avez vraiment la fille, le garçon de votre vie devant vous, et bien concrètement, la liste d'interdiction, si c'est uniquement ça, ça va pas tenir très longtemps, vous savez. « M. l'abbé, je connais mes limites, ne vous inquiétez pas ». Tu parles ! (Rires). Et du coup, voyez, on ne vit que simplement pour éviter les gros trucs, et alors on la ligne jaune, donc qu'on a tracée, et puis on flirte avec la ligne jaune - c'est le cas de le dire - et puis la ligne jaune, elle recule de plus en plus, bon...et c'est un peu foireux. Donc première truc, première chose à comprendre, il faut que mon désir d'aimer en vérité soit quelque chose de positif, et tout ce que l'Eglise va pouvoir me dire c'est
positif dessus, c'est pas un carcan moral dont il va falloir me débarrasser quand je serai un peu plus grand
C'est positif parce que c'est au service, justement, d'aimer. Ce qu'il a de plus beau en vous, c'est cette capacité à aimer. Donc l'Eglise n'a pas peur de ça, l'Eglise n'a pas peur de la sexualité, je peux vous dire que j'en ai vraiment pas peur, personne ne me choquera là-dessus ; l'Eglise n'a pas peur de gens qui s'aiment, de jeunes qui s'aiment ! Mais au contraire, l'Eglise trouve ça tellement beau, tellement grand, qu'elle veut le protéger. Parce que c'est à la fois ce qu'il y a de plus beau en vous, et en même temps ce qu'il y a de plus fragile. La preuve, c'est que c'est là-dessus où vous pouvez être le plus heureux, et en même temps, c'est
là-dessus que vous pouvez vous blesser le plus, et blesser l'autre, voyez. Donc l'Eglise, Elle ne met pas un écran entre vous et l'amour, mais au contraire, toute sa morale, tout son enseignement est comme un écrin, c'est à dire qu'il met en relief la beauté, et qu'il protège la beauté de l'amour vrai. Premier truc.


Deuxième chose. Pour moi - je ne pourrai pas tout vous dire donc je vous donne quelques points - un point hyper important qui peut servir de référence pour vous, c'est justement le fait que le Seigneur vous appelle à aimer en vérité. Et là je vais en exploser certains qui me parlent de sincérité. Je m'en fous, éperdument. « M. l'abbé, on sort ensemble, mais on est sincères, je l'aime beaucoup, il m'aime beaucoup. » Je m'en fiche ! Parce qu'on peut sincèrement se planter, vous comprenez ! (Rires) … et j'en récupère tous les jours. Et aujourd'hui, c'est vrai qu'on est même chez nous, vraiment le milieu catho, on est dans le règne de la sincérité, de l'affectivité. « Mais M. l'abbé, je ressens vraiment que c'est le garçon qu'il me faut. » Mais on s'en fiche, c'est pas objectif, ça, très bien, ça c'est du sentiment ! Et ensuite ? Ce n'est pas là-dessus que tu vas construire quelque chose. « Mais M. l'abbé, c'est bien, puisqu'on est sincère ! » Et ça, maisje l'entends des centaines de fois ! Des personnes cathos
! Parce qu'on a du mal, voyez, à accepter qu'il y ait des vérités bjectives, que les actes qu'on pose sont bien ou mal, et ça c'est objectif, c'est pas l'intention que j'y mets dedans qui fait que c'est bien ou mal, c'est l'acte
en lui-même, sa signification. « M. l'abbé, on…- je suis direct - M. l'abbé on couche ensemble mais c'est sincère parce qu'on aimerait un jour se marier. » Mais, j'espère que c'est sincère, au moins, et que ce n'est pas pour jouer ! Mais ça ne suffit pas ! L'acte n'est pas vrai parce qu'il est sincère ! Il est vrai parce qu'il signifie réellement ce qu'il doit signifier. Il est vrai parce qu'il est vécu selon le projet de Dieu. Et c'est là-dessus, c'est sur des choses objectives qu'il faut s'appuyer, si vous voulez bâtir un bonheur vrai, un bonheur durable et un bonheur solide.


Alors on passe au concret. La première chose pour être vrai, c'est de faire la distinction, qui est un peu difficile, entre « être amoureux » et « aimer ». On a du vous le dire dix fois, je vous le répète une onzième fois,
« être amoureux », la passion, qui suit la séduction, c'est un sentiment. Un sentiment c'est fluctuant. Un sentiment je ne décide pas quand est-ce qu'il se pointe. Vous ne décidez pas de qui vous tombez amoureux, vous ne décidez pas quand est-ce que vous tombez amoureux. C'est ce qui explique très bien que, marié depuis trois semaines, vous pouvez très bien tomber amoureux de la voisine d'à côté. C'est ce qui explique qu'un prêtre peut très bien tomber amoureux !…de sa secrétaire, les dames sacristie, il y a moins de chance souvent. (Rires) C'est vrai, on les choisit pour ça, mais c'est vrai, vous comprenez ! Et alors, si je n'ai que pour unique référence ce que je ressens, même sincèrement, eh bien ça ne va pas être simple ! Parce que je peux tomber amoureux de dix mille personnes différentes ! Et ce n'est pas être marié qui va m'empêcher de tomber amoureux. Donc ça ne suffit pas. Ce sentiment, il se pointe, bon bah très bien, l'important, c'est qu'est- ce que j'en fais maintenant. Et
c'est là où on va commencer à être vrai. Si je veux être vrai, je vais prendre le temps, prendre le temps c'est tout un programme, je vais prendre le temps de discerner ce sentiment. Si je suis marié depuis trois semaines, et bien ce sentiment amoureux que j'ai pour ma voisine, je peux dors et déjà dire qu'il est mauvais. Et donc je vais le couper par ma volonté, je vais arrêter de le nourrir,je vais arrêter de jouer à la patience avec elle en tête à tête, je vais arrêter de la voir, … voilà. Au dessus du sentiment, il y a la volonté libre que Dieu nous a donné, pour être fidèle. Donc le temps de discerner, le temps de laisser mûrir, combien de fois,
combien de fois si on avait attendu, ne serait-ce que six mois, avant d'engager un truc, on aurait vu que le sentiment, finalement, disparaît comme il est arrivé. Et je vais prendre le temps de mûrir moi-même dans cette façon, dans cet amour que je sens naître, peut-être, naître en moi. Pourquoi ? Parce qu'au début, il y a forcément une part d'égoïsme qui est très importante. C'est plus le besoin d'être aimé que je ressens, que le
besoin d'aimer. « - M. l'abbé, on sort ensemble. - Ah bon, pourquoi ? - Et bien parce que… parce que je l'aime. - Comment tu vois ça ? - Eh bien… Eh bien quand elle est là, je suis hyper heureux, euh… vraiment elle m'apporte énormément…euh, je me sens vraiment reconstruit, euh… et depuis la semaine dernière où j'avais cassé avec Unetelle, et bien c'est beaucoup mieux. » (Rires). C'est un petit peu égoïste ! C'est peut-être vrai, c'est peut-être sincère ! Voyez ce gars-là il est sincère ! Mais c'est très égoïste ! C'est très égoïste ! Il remplit avec les autres ce besoin d'aimer qu'on ait tous, d'ailleurs ! Or il va falloir prendre le temps, et prendre les moyens, de passer un jour peut-être, à « aimer », d'« être amoureux » à « aimer ». Et « aimer », c'est quoi ? C'est un choix,
libre, que je pose, et que je pose pour toujours, en tout cas avec l'intention que ça dure toujours, et du coup avec l'intention de construire quelque chose pour toujours, voyez, parce qu'on ne peut pas aimer pour un temps, on n'est pas des CDD (contrat à durée déterminée) dans l'amour. La difficulté qu'on a souvent, la question qu'on me pose souvent c'est de dire « Ben voilà. On est amoureux, et puis c'est un sentiment sincère, et puis on a le désir de pas faire n'importe quoi…et en même temps on est jeunes, les fiançailles c'est pas pour toute suite, qu'est-ce qu'on fait ? » Et bien c'est là… où il va falloir être un peu exigeant. Pourquoi ? Parce que justement dans toutes les paroles que vous allez dire, dans tous les gestes que vous allez poser, il va falloir être vrai …pour que ce soit beau, et constructif. Ça le sera si tout ce que vous
dites, tout ce que vous faîtes, est vrai, c'est à dire si ça signifie vraiment ce qu'il y a dans votre cœur, là où vous en êtes. On ne dit pas à une jeune fille ou à un garçon : « Je t'aime » si on n'est pas capable de lui dire en même temps : « Je m'engage avec toi pour toute ma vie ». Pourquoi ? Parce que sinon, ce « Je t'aime » qui est peut-être sincère, il n'est pas vrai. Pourquoi ? Parce que vous ne pouvez pas dire à quelqu'un que vous l'aimez si vous ne la connaissez pas en vérité, et ça, ça demande du temps. Quand on aime quelqu'un, ça veut dire qu'on le
choisit pour ce qu'il est, et non pas pour ce qu'il m'apporte, on le choisit pour ce qu'il est, vraiment, et non pas pour ce dont je rêve de lui ou d'elle. Et ça, ça demande du temps, d'apprendre à connaître l'autre. Ça
demande du temps de dire à l'autre : « Je t'aime », non pas parce que j'ai besoin d'être aimé, mais parce que je veux ton bonheur, et je comprends que je t'aime parce que je veux ton bonheur au point de construire toute ma vie avec toi. Je ne mets pas une question d'âge, une question de période, de durée à attendre, mais je mets une question
d'exigence de vérité dans votre cœur. Ne vous habituez jamais, je vous en supplie, à dire « Je t'aime » facilement. Ce n'est pas possible. Parce que sinon, comment et qu'est-ce que cela voudra-t-il dire, quand vous
le direz à votre époux ou à votre épouse ? Dire « Je t'aime », c'est hyper dur, c'est hyper exigeant. On n'embrasse pas quelqu'un quand on n'est pas capable de se donner, de construire quelque chose pour toute la vie,
pour toujours, quand on n'a pas l'intention que ça dure pour toujours et qu'on n'en prend pas les moyens, qu'on n'a pas un projet commun. Pourquoi ? Parce que embrasser Quelqu'un, c'est quelque chose de beau, de magnifique, j'ai rien contre ! Je trouve ça génial. (Rires) Je vous envie. (Rires). Mais c'est beau et c'est magnifique si c'est vrai là encore. Quand vous embrassez quelqu'un, vous vous donnez déjà. Pas complètement, peut-être, mais vous vous donnez déjà. Et vous ne pouvez pas vous donner facilement. Vous ne pouvez pas embrasser facilement,
sinon, qu'est-ce que cela voudra-t-il dire quand vous embrasserez votre époux et votre épouse ? Vous comprenez ?
Alors vous allez me dire : « Mais maintenant, ça veut pas dire ça quand on s'embrasse, tout le monde se le fait et…» Et c'est là où je vous invite à être exigeant. C'est clair que, je vais être très franc, 99 % des cathos ne
vivent pas ce que je dis. Autant être clair. Et il suffit même d'aller voir à la sortie de nos églises ! Euh, je ne suis pas naïf ! (Rires) Euh, en tout cas dans notre diocèse de Versailles, je peux vous dire que (rires)…
enfin voilà ! Je ne vous donnerai pas le nom des églises, mais c'est assez tordant de rire quand même ! C'est le petit couple à foisons, c'est tout mignon, c'est tout catho, on va aux veillées de prières ensemble, on se tient par la main, on prie ensemble… C'est du sincère, c'est de l'affectif à 300%, … est-ce que c'est vrai ? Je n'en suis pas sûr.

C'est clair que c'est exigeant ce que je vous dis là, parce qu'on sent bien qu'en nous-même on a un besoin immense d'être aimé et qu'on est souvent tenté d'aller au plus court, parce que c'est plus facile, et parce qu'on a besoin d'exprimer tout de suite notre tendresse, notre besoin d'affection, etc. Mais l'enjeu c'est quoi ? L'enjeu pour vous aujourd'hui, c'est pas simplement d'éviter le péché. L'enjeu aujourd'hui, c'est clairement de vous préparer à fonder un foyer, ou à vous consacrer à Dieu. On ne se prépare pas à 25 ans à se marier, c'est à 15 ans
qu'on commence. La façon dont vous vivez vos dix années entre 15 et 25 ans prépare la solidité de votre couple. Aujourd'hui, il y a moins d'1% des cathos qui vivent de vraies fiançailles.  Pourquoi ils en sont incapables, les autres ? Parce qu'ils arrivent déjà abîmés, parce qu'ils arrivent déjà blasés, parce qu'ils arrivent déjà blessés. Si vous voulez vivre un jour des vraies fiançailles, si vous voulez offrir ça à votre fiancé(e), cette force et ce courage de vivre des vraies fiançailles, pour le bonheur et la solidité de votre couple, c'est maintenant que ça se prépare.

Pour la 2ième partie!! http://abba-dijon.forumactif.com/viewtopic.forum?t=59Cliquez ici !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
boeller
Bavard


Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 17/03/2010

MessageSujet: Re: « Le flirt » Par le Père Pierre Hervé Grosjean - n°1   Mer 17 Mar à 13:30

C'est un très beau texte sur l'amour, merci de nous le faire partager !

http://julie-et-julien.fr/agence-de-rencontres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
« Le flirt » Par le Père Pierre Hervé Grosjean - n°1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» gsm de Pierre Delandsheere
» La pierre de foyer votre avis !
» L'âge de Pierre
» Clé du golem de pierre pour quête de l'armure antique
» La vie extraordinaire du père Glaude

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Veillées de prière et d'adoration - Groupe ABBA Dijon :: La rubrique "Spi"... :: De belles prières ou médit' à piocher !-
Sauter vers: